La théorie du Détour
Une théorie de la relativité en psychologie

Accueil

La théorie du détour
Par Michel Cariou

Formation M2 pro

Contacts du site

Hommage des internautes au professeur Michel Cariou

suivantLaisser un hommage
Par Renato Saiu - Psychologue et webmaster - 6 Juillet 2012 Lorsque j’ai appris le décès de Michel Cariou, ma première pensée a été pour ses proches. C’est donc à ces derniers que je voudrai d’abord adresser mes plus sincères condoléances. Ceux-ci, mieux que quiconque, trouveront les mots pour rendre hommage à l’homme, à sa personnalité, à son humour. C’est pour cette raison, que je voudrai pour ma part, surtout rendre hommage au scientifique.
Michel Cariou fait partie de ces professeurs qu’on n’oubliera jamais. La raison en est simple. Son enseignement a fait en grande partie, les professionnels que nous sommes. Chez chacun des psychologues qu’il a formé, son mode de pensée demeure, et au-delà, chaque patient aidé nous en rappelle la pertinence et l’opérationnalité. Et puis entant qu’étudiants, nous avons tant tendu l’oreille pour l’entendre, que ca ne peut s’oublier !
Michel faisait partie de ces personnes qui ont du génie. « Interrogez les évidences » avait-il l’habitude de nous dire, le sourire en coin et la cigarette à la main. Et il l’a fait avec talent durant sa carrière. Ambitieux pour les sciences humaines en générale et pour la psychologie en particulier, il a su construire une théorie de la relativité. Travail d’une vie, son rêve était que nombreux soient les psychologues à se laisser bousculer dans leurs représentations. En tout cas il a bousculé les miennes, et rien que pour cela je l’en remercie.
Après avoir posé les fondements et les outils de la théorie du détour, il lui manquait sa diffusion. Partie trop tôt, il ne terminera pas ce travail. Charge à nous de lui rendre cet hommage.
Par MIHAELA LUPU - étudiante en MASTER 1 - 6 Juillet 2012 Hommage à Michel CARIOU, un grand homme et un grand professeur.
Par Elodie Rabot - Psychologue - 6 Juillet 2012 Le vendredi juste avant qu'il nous quitte, il a fait de ce jour l'un des plus beaux de ma vie. Il m'a permit de devenir psychologue. Je n'ai pas pu assez le remercier, il nous a quitté trop tôt. Il vit à présent en chacun de nous. Nous continuerons à faire vivre sa théorie pour honorer sa mémoire. C'est un honneur et une chance d'avoir été sa dernière soutenance et la dernière à qui il a pu délivrer ce titre tant attendu. Merci à notre cher professeur.
Par Aurélien Furlan - Psychologue - 6 Juillet 2012 Un homme à part, un professeur comme il en existera de moins en moins, de la vieille école diront certains. Poil à gratter de la pensée conventionnelle, malheureusement dorénavant Michel Cariou ne démangera plus personne dans les amphithéâtres et couloirs de la communauté universitaire.
Malgré ses dernières années en dents de scie, Michel Cariou a toujours fait preuve d’éclat de génie, de pertinence clinique, d’humour et d’arrogance (suivant que le message vous soit ou non adressé). Ceci toujours avec une saveur wallonnienne, un met qu’il a su si bien s’approprier, faire évoluer, voir transcender comme un Lacan relisant Freud.
Un « homme global concret en situation universitaire » qui personnellement m’a bien souvent évoqué un Gainsbourg de la psychologie. Un homme qu’on aime ou qu’on n’aime pas, mais dont on ne peut pas ignorer le génie mélodico-théorique de sa pensée du détour. La Fac de Nice vient de perdre le terroriste de la pensée atomiste de la psychologie, et c’est bien dommage pour l’esprit critique de l’université de « quelques » savoirs.
Clinicien pour certains, développementaliste pour d’autres, au-delà de ces cloisons artificielles de notre discipline, Michel Cariou était l’initiateur et le premier psychologue de la personne globale concrète en situation.
Le professeur Michel Cariou laisse derrière lui bon nombre de professionnels qu’il a formé par le biais de son master 2 (dont moi), et qui lui sont redevables d’exercer ce fabuleux métier de psychologue. Il laisse aussi une théorie, qui n’a pas eu l’occasion de rencontrer l’écho qu’elle mérite dans le débat de notre discipline et sa pratique. Une théorie dont il pressentait la portée et l’ampleur du travail restant quand on relie les derniers passages de sa seconde thèse d’état (voir pages 339 – 340). Une thèse où il avait eu le culot de réunir un jury hétéroclite pour démontrer la pertinence de la théorie du détour, qui ressemble pour beaucoup à mes yeux à ce qu’Edgard Morin nomme le « Paradigme perdu ».
Je suis soulagé qu’il ne souffre plus de ses maladies et hospitalisations à répétition. Mais je suis peiné à l’idée que le fruit de sa pensée, son bébé comme il disait, risque de s’évaporer, de ne jamais grandir dans la toile de la psychologie actuelle. Car il semble qu’il n’y ait pas de place pour un impressionniste dans un art où règnent les adeptes du monochrome.
Il m’a parfois déçu, il m’a très souvent apporté et globalement impressionné. Si mon inspiration de praticien avait un nom, ce serait le sien, merci Michel Cariou.
Par Marine Guillard - Etudiante Master2 - 7 Juillet 2012 Le décès de Michel Cariou nous a beaucoup attristé, je souhaite lui rendre hommage en remerciant ce grand professeur : il nous a beaucoup apporté tant par l'enseignement de sa théorie que sur le plan humain.
Par Carine GIBOWSKI - Psychologue - 8 Juillet 2012 Il est de ces rencontres qui nous font sans cesse avancer. Je ne ressens que de la gratitude vis-à-vis de Michel Cariou. Chacun de nos échanges n’a été qu’humanisme. Il m’a offert une autre façon de voir et de penser le monde, un autre regard sur l’humanité. Il était de ces personnes qui nous font grandir , non pas parce qu’ils nous modèlent mais parce qu’ils nous incitent à créer.
Alors merci, parce que même si je suis incapable de mettre des mots sur ce vécu, je fais l’expérience de ce quelque chose de fondamental que vous avez laissé en chacune des personnes qui auront été attentives à vos enseignements.
Merci. Merci pour tout.
Par Elyse Bouré - Psychologue - 8 Juillet 2012 Je ne saurai exprimer avec assez de force toute l'admiration que j'éprouve pour M.Michel Cariou… Nul doute que ce qu'il nous a transmis est et sera toujours présent dans nos pratiques si variées soient-elles.
Alors comme il nous l'a appris, soyons authentiques, solidaires, inventifs, accueillons l'Autre avec humanité" dans toute sa globalité" et déconstruisons les leurres… Faisons vivre la théorie.
Merci M. Cariou.
Par anonyme - 11 Juillet 2012 J'ai connu Michel Cariou enfant, bien avant d'être étudiante en psycho des années plus tard. Je l'ai connu comme un homme qui aimait la musique. En tant que prof de psycho il avait un esprit "différent" et aimait bousculer les idées. Je me souviens très bien de son sourire en coin avec la cigarette à la main, sa sensibilité et sa "fragilité".
Michel Cariou aimait le jazz, de la musique plutôt que des mots.
J'aurais aimé le revoir mais je n'habitais pas la même ville et je n'en ai pas eu l'occasion. C'est un hommage au musicien et à l'homme, plus qu'au professeur de psycho.
rip Michel !
Par Julie Esteves- 15 Juillet 2012 Simplement, merci Monsieur Cariou.
Par Patricia Galeano - Psychologue - 17 Juillet 2012 Un homme brillant que j'ai connu il y a 21 ans sur le banc de la fac à Carlone, une cigarette à la main et une voix inaudible. M Cariou et Lydia m'ont donné ma chance et m'ont offert une théorie à laquelle j'adhère totalement. Ils ont changé ma vie et, finalement celle de mon fils, de ma famille également. L'effet papillon... Merci M. Cariou.
Par Lucie Quentric-Petit - Psychologue - 17 Juillet 2012 Un grand Monsieur et un grand Professeur qui a marqué plus d'une vie.... Merci!!
Par Johann Vacca - Psychologue - 22 Juillet 2012 Je prends ton pollen pour mon miel, dans mon vol je sème tes paroles pour que tu existes ailleurs, sur des terres arides que j'arrose de mes pleurs.
Par Tracy Mhamedi- 23 Juillet 2012 Dans ma formation, vous faites parti de ces rencontres que je n'oublierai jamais, une semaine avant, lors de votre dernier cours qui aurait du être l'avant dernier je me souviens vous avoir dit "Merci" et vous m'aviez repondu "Je sais pas si je vous ai vraiment aidé" avec un grand sourire qu'on ne voyait que trés rarement (en réference à la question que j'avais posé durant le cours) mais je vous disez "Merci" pour avoir été ce que vous étiez, un professeur certes pas facile à suivre mais qui se comportait toujours avec une profonde humanité et ouverture d'esprit qu'on recroise que trés rarement dans notre vie..(il y a encore probablement des fautes d'othographes qui vous fairez sursauter), "les mots manquent aux émotions mais la reconnaissance est la mémoire du coeur". Et je n'exagèrerai pas en disant que Assurément vous l'êtes dans la mémoire de la promo du M2 2012.
Par Anne-France Huret- 26 Juillet 2012 Toutes mes condoléances à la famille..
La dernière fois que j'ai vu Monsieur Cariou, c'était en mars 2012 et j'ai toujours eu envie de lui dire combien sa théorie me passionnait et me passionne encore !
Ma timidité a pris le dessus et je le regrette..
Merci à vous, Monsieur Cariou...
Par Marcel WANGRAOUA - Etudiant en Maitrise de Psychologie Du Developpement Et De l'éducation- 2 aout 2012 Je viens tout juste d'apprendre la triste nouvelle et je suis fortement peiné. je suis étudiant Burkinabé et je venais tout juste de découvrir la théorie du Détour et son géniteur.
Cette découverte pendant ma revue de littérature pour mon mémoire m'a plongé dans une autre réalité et je nourrissais l'espoir de rencontrer "l'Homme" un jour. Dommage la mort est plus forte que nos espoir dirait l'autre! Mais que dis je! je suis soulagé d'une chose: c'est qu'il est resté actif jusqu'à ses dernier moment, ce qui illustre sa théorie!
A la famille éplorée et à ses proches collaborateurs, j'adresse mes sincères condoléances!
Par Béatrice ROMITI - Psychologue- 5 aout 2012 Je viens d'apprendre ce jour le départ de Monsieur CARIOU.
Il y a maintenant, 25 ans quand j'ai été son étudiante, il était déjà un grand Monsieur. Il était de ces personnes qui n'avait pas besoin de démontrer qu'il était ce qu'il était. Lui il donnait, sans rien attendre en retour, il était simplement heureux de transmettre, de communiquer son amour pour la psychologie, de donner l'envie à ses étudiants de devenir des psychologues responsables et respectueux, mais comme toutes ces personnes brillantes il avait cette fragilité qui faisait qu'il remettait toujours tout en question, car il avait compris depuis longtemps que les certitudes n'existent pas. C'est ce qui faisait aussi sa force. Ce qui m'attriste le plus, aujourd'hui, c'est que ce grand Monsieur n'était pas conscient qu'il y avait beaucoup de personnes qui l'aimaient.
Par Sylviane PIOT - Conseil RH, Psycho-graphologue - 7 aout 2012 Je n'ai pas connu personnellement Monsieur Cariou, mais j'ai suivi l'enseignement de sa théorie, en collaboration avec Lydia Chabrier, grâce à ma fille, qui a été son élève.
Ce que vous avez fait restera à jamais inscrit.
Par Dominique BOUNAIX - Docteur - 24 novembre 2013 Michel Cariou fut mon ami d'adolescence à une période où l'on se met en quête d'un futur mais où priment les affects du court terme. J'ai perdu sa trace aprés un séjour en 1968 à Tipasa où il m'invita généreusement à une période où ma reconstruction personnelle s'avérait être une exigence. L'intelligence, la générosité, la tempérance, la sensibilité... Merci Michel.

suivantLaisser un hommage