La théorie du Détour
Une théorie de la relativité en psychologie

Accueil

La théorie du détour
Par Michel Cariou

Formation M2 pro

Contacts du site

Positionnement épistémologique

La théorie du détour est donc une théorie de l'intéractionL'interaction organisme/milieu est au centre de cette théorie car "l'organisme et le milieu ne sont pas dissociables. L'organisation du premier n'ayant de sens que par rapport aux propriétés du second" (Cariou, 1995, p.120). Pour l'Homme, le milieu c'est le social et c'est par l'activité - la vie physique et psychique - qu'il arrive à "maintenir sa propre structure en accord avec les conditions du milieu dans lequel il baigne et dont il est issu" (ibid.). L'activité est donc le "trait d'union indispensable" entre l'être humain et son environnement permettant de maintenir l'accord vital entre ces derniers. entre l'organisme et le milieu qui part du principe que le fonctionnement psychique, au même titre que d'autres dimensions de l'organisme (le biologique; le social), participe à l'adaptation à l'environnement. En ce sens, « toute conduite humaine est donc finalisée, au-delà des motifs qu'elle se donne consciemment, par ce mouvement générale de la vie » (Cariou, 1995Cariou, M. (1995). Personnalité et viellissement : introduction à la psycho-gérontologie. Paris, Delachaux et Niestlé. ). Un enjeu permanent et commun à toutes espèces, où plus particulièrement chez l'homme « le social capte le physiologique  pour en faire du psychique » (Zazzo, 1975Zazzo R.(1975). Psychologie et marxisme. Paris, Denoël-Gonthier. ).  La conception de l'appareil psychique, dans la théorie du détour, coïncide avec la pensée d'Henri Wallon selon laquelle celui-ci se présente sous la forme « d'un noyau de condensation, le Moi, mais aussi un satellite, le sous-Moi ou l'Autre » (Wallon, 1946Wallon H. (1985 [1946]), Le rôle de "l'autre" dans la conscience du "moi".). Cependant, la théorie du détour enrichi et développe cette idée en l'inscrivant et l'articulant dans une dialectique évolutive constante de la personne qui progresse et se complexifie au rythme de son développement biologique et de son accès au milieu social. Ainsi, l'étude du fonctionnement psychique dans la théorie du détour s'apparente à l'approche de la personne globale concrète en situation, avec l'enjeu permanent d'entretenir un rapport adaptatif entre un organisme et son milieu. Une réciprocité qui au fil du cycle de vie et selon ses paliers de réélaboration, s'automatise et s'exerce. Ainsi, le rapport adaptatif est une élaboration progressive et permanente où selon un mouvement de différenciation/restructuration constant entre l'organisme et le milieu, « le résultat de l'évolution de l'espèce laisse à chaque individu, le soin de réaliser, dans l'interaction avec son milieu spécifique, les derniers détours par lesquels se structure l'exemplaire de l'espèce » (Cariou, 1995Cariou, M. (1995). Personnalité et viellissement : introduction à la psycho-gérontologie, p.125.).