La théorie du Détour
Une théorie de la relativité en psychologie

Accueil

La théorie du détour
Par Michel Cariou

Formation M2 pro

Contacts du site

Positionnement épistémologique

Apparue en 1992 sous la forme de sa thèse d’état qui, revue et modifiée, fut publiée en 1995 aux éditions Delachaux et NiestléCariou, M. (1995). Personnalité et viellissement : introduction à la psycho-gérontologie. , la théorie du détourLa notion de détour met en avant un "procédé qui consiste, pour un organisme, à mettre en place un nouveau type de rapport adaptatif au milieu, par réélaboration de son organisation interne débouchant sur une nouvelle forme d'activité dans le milieu, ayant une portée plus générale"(Cariou, 1995, p.127).
Autrement dit, l'organisme, en étant confronté aux différentes modifications du milieu dans son interaction avec lui, va opérer une restructuration de son organisation interne grâce à l'intériorisation d'éléments externes, ce qui pourra donner lieu à de nouveaux comportements plus adaptés, toujours dans le but de maintenir l'accord vital, mais plus indirectement.
est le fruit de l’expérience de clinicien et d’une réflexion sur le fonctionnement psychique, entreprise quinze ans auparavant par Michel Cariou. C’est en s’intéressant au vieillissement « réussi » et en ne trouvant pas satisfaction dans les différentes sources de la connaissance en psychologie, que Michel Cariou entama le projet d’élaborer sa propre théorie. Une théorie qui s’inscrit dans la lignée historique de  l’école française de psychologie clinique du début du XXème siècle,  en  s'inspirant d'auteurs tels que Pierre Janet, Henri Wallon et Philippe Malrieu, chez qui converge l'idée que  « l'effort de connaissance ne doit pas se faire à partir des cloisonnements apparents du réel [...], mais doit s'effectuer dans la prise en compte de la situation globale avec ses modalités diverses, ses transformations et l'ensemble des rapports dynamiques qui s'établissent entre ses parties » (Cariou, 1992Cariou, M. (1992). La vieillesse : un temps d'élaboration pour un ultime détour. Cliniques méditerranéennes n°35-36, édition érès, p.134.).

S'appuyant sur l'épistémologie galiléenne de Kurt Lewin, qu'il s'agisse de la psychologie génétique de Jean Piaget, de la découverte et modélisation de l'inconscient par Sigmund Freud, ou bien encore, des apports sur les mécanismes du comportement humain (le béhaviorisme, la psychologie cognitive) et animal (l'éthologie de Lorenz), la théorie du détour s'abreuve de toutes les sous-disciplines de la psychologie. Elle s'approprie et intègre au sein de son articulation théorique l'idée de nombreux concepts et notions existants qui témoignent de la diversité et complexité du psychisme humain. La théorie du détour permet en quelque sorte de fédérer la richesse des apports sur le psychisme, autour de son objet d'étude qui est le «système de correspondances, d'inter-relation, entre un organisme vivant, disposant d'un certain nombre de compétences lui permettant de se maintenir en vie, et un milieu, contenant incontournable de cette vie, et qui a des propriétés plus ou moins stables » (Cariou, 1992Cariou, M. (1992). Personnalité et viellissement ou permanence adaptative de l'enfance au grand âge: une théorie du détour, p.248.).